Ce territoire immense, entre Tadoussac et Blanc-Sablon, Schefferville et l’île d’Anticosti, offre 1300 kilomètres de côte et un nombre incalculable de paysages à couper le souffle. La Côte-Nord couvre l’est du Québec. Sa porte d’entrée, Tadoussac, est située à environ 220 kilomètres de Québec et 475 kilomètres de Montréal. Les amateurs d’histoire seront ravis d’apprendre que la Côte-Nord abrite plus de 1 400 sites archéologiques sur l’ensemble de son territoire. Il s’agit aussi de la première région du Québec décrite par le célèbre découvreur Jacques Cartier. Encore aujourd’hui, l’économie nord-côtière est basée sur les grandes industries, quoique l’on assiste à une diversification du secteur économique.

©Marc Loiselle

En Côte-Nord, le Saint-Laurent devient un estuaire maritime, puis un golfe. Parmi ses trésors, on compte 13 espèces de baleines. Au gré des kilomètres, sur la route 138, l’observation devient un jeu d’enfant à partir des sites terrestres ou durant les excursions sur l’eau. Sillonner la Route des Baleines vous fera succomber à ses nombreux charmes. Reconnu par l’UNESCO, le territoire de la MRC de Manicouagan recèle de trésors à découvrir sur 54 800 km2. Incluant Baie-Comeau, les municipalités environnantes et tout l’arrière-pays où la forêt boréale devient la taïga, c’est l’une des plus grandes Réserves mondiales de la biosphère au monde. Caractérisé par la présence de la taïga et des troupeaux de caribous, le territoire de Caniapiscau est l’endroit de prédilection pour les chasseurs, pêcheurs, canoteurs et motoneigistes aguerris.

En Minganie, goûtez à la vie décrite dans les chansons du célèbre poète Gilles Vigneault. La rivière au Bouleau est la porte d’entrée de cette région. Quant à la réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, elle attire les admirateurs des mystérieux monolithes dispersés dans sa quarantaine d’îles. L’île d’Anticosti, très prisée des chasseurs de cerfs de Virginie (appelés communément chevreuils), recèle de fossiles, de grottes, de canyons et de chutes. Vous aurez un coup de coeur pour la Basse-Côte-Nord avec ses panoramas saisissants.

©Mélanie Deslongchamps
©Marc Loiselle
©Marc Loiselle

Vers le haut

Découvrez un secteur

Incluant: Sacré-Coeur, Les Bergeronnes, Les Escoumins, Essipit

Bienvenue sur la Côte-Nord! On accède à la porte d’entrée de la Côte-Nord, Tadoussac, avec le traversier gratuit reliant Baie-Sainte-Catherine à Tadoussac en 10 minutes. Situé à 2 h 30 de Québec, Tadoussac, de renommée internationale, est reconnu pour faire partie des plus belles baies du monde. Ce village est votre point de départ sur la Route des Baleines (route 138). Le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent s’offre alors à vous. La Route du Fjord (route 172) vous mène à Sacré-Cœur, un village-relais; en provenance du Saguenay, vous empruntez aussi cette route. De retour vers l’est, Les Bergeronnes, Les Escoumins (village-relais) et la communauté innue d’Essipit vous accueillent à moins de 30 minutes. Tadoussac et ses environs possèdent un charme incontestable, offrent des excursions aux baleines sur le fleuve et dans le fjord, divers centres d’interprétation, une église historique, des pourvoiries extraordinaires, de nombreux sites terrestres d’observation de mammifères marins et d’oiseaux, et son majestueux fjord. Un autre traversier assure la liaison entre Les Escoumins et Trois-Pistoles, vers la rive sud du Saint-Laurent.

Incluant: Longue-Rive, Portneuf-sur-Mer et Colombier

Un peu plus à l’est, les municipalités de Longue-Rive, Portneuf-sur-Mer, Forestville et Colombier vous accueillent. Dotées d’une nature qui héberge une importante vie faunique, elles sont des paradis ornithologiques. Elles bénéficient de marais salés et d’une végétation unique qui charment les nouveaux passionnés autant que les experts. Laissez-vous séduire par le patrimoine historique de Forestville, un village-relais, et son arrière-pays recherché par les amateurs de chasse, de pêche et de villégiature, avec ses lacs remplis de trésors et ses pourvoiries. Cette ville propose aussi de nombreuses activités hivernales, notamment la course de ski de fond Boréal Loppet, très réputée dans la province et ailleurs. Un traversier entre Rimouski et Forestville est en fonction durant la saison estivale.

Incluant: Pessamit, Ragueneau, Chute-aux-Outardes, Pointe-aux-Outardes, Pointe-Lebel

À 30 minutes de la ville de Forestville, vous trouvez la communauté de Pessamit, qui vit près d’une magnifique rivière. La Péninsule Manicouagan, paradis pour les amateurs de sports de vent et de glisse, se dévoile ensuite. Dans ce regroupement incluant les municipalités de Ragueneau, Chute-aux-Outardes, Pointe-aux-Outardes et Pointe-Lebel, découvrez la Route des plages, constituée de 30 km de plages de sable fin, parmi les plus belles de la région. Plus à l’est, la ville de Baie-Comeau, riche de son patrimoine industriel, historique et religieux, vous attend à bras ouverts. Cette ville dynamique propose plusieurs activités à faire. Au Jardin des glaciers, remontez le temps et découvrez les empreintes de la dernière glaciation. À une vingtaine de minutes de Baie-Comeau, vous arrivez dans le secteur des Panoramas, qui réunit les municipalités de Franquelin, Godbout et Baie-Trinité. Les points de vue panoramiques et la nature omniprésente invitent à la détente et à l’émerveillement. On y trouve une passe migratoire à saumons unique, un phare historique et un centre des naufrages.

Incluant: Franquelin, Godbout et Baie-Trinité

Sur la Route des Baleines, se trouve une zone de beauté appelée « le secteur des panoramas ». Trois villages, entre fleuve et falaises, vous offrent des paysages boréaux où le regard se perd dans le miroitement de la lumière à la surface de l’eau. Dans un rayon de 100 km, accédez à la mer, à la forêt et à des montagnes impressionnantes.

Vous rêvez d’explorer la faune et la flore régionales, de pêcher ou de vous baigner ? De flâner sur des plages de sable fin ou près de chutes ? De partager la culture de l’endroit ? Le secteur des panoramas va donc vous combler ! Ici vous êtes en fusion avec les grands espaces et l’air pur. Prenez le temps de vous arrêter, d’explorer et de découvrir.

Incluant: Manic-2, Manic-5, Monts Groulx

On accède à la municipalité de Fermont, au nord du 52e parallèle, par la route 389 à partir de Baie-Comeau. Sur votre parcours, vous serez témoin de la fierté du Québec en matière d’hydroélectricité, en croisant deux barrages, Manic-2 et Manic-5. Ce dernier constitue le plus grand barrage à voûtes multiples et contreforts au monde. Fermont, ville minière, est dotée d’un impressionnant mur-écran long de 1,3 km et est un endroit de prédilection pour les amateurs de grands espaces, chasseurs, pêcheurs, randonneurs et motoneigistes. Plus haut encore, à la limite nord de la forêt boréale et au sud de la toundra, se trouvent la ville de Schefferville et les communautés innue de Matimekush-Lac-John et naskapie de Kawawachikamach. La pêche, le tourisme d’aventure et la rencontre avec les cultures autochtones caractérisent ce secteur situé à plus de 12 heures de train de Sept-Îles, au cœur de la fosse minière du Labrador.

Route 389 et Route Toulnustouc

En direction est, à une heure de Forestville, Baie-Comeau se fait témoin des phénomènes de la postglaciation et vous accueille là où les forces de la nature et de l’histoire se rencontrent.

De plus, Baie-Comeau, en tant qu’escale de croisières internationales, multiplie le rayonnement de la région. Son arrière-pays vous charmera avec son immensité, dont les principaux accès sont les routes 389 et Toulnustouc.

Pour y accéder par la rive sud, empruntez le traversier à partir de Matane jusqu’à Baie-Comeau pour une durée de 2 h 20.

Incluant: Pointe-aux-Anglais, Rivière-Pentecôte, Gallix, Clarke City, Moisie

Par la route 138, on accède à Port-Cartier et Sept-Îles, qui sont les deux plus grandes municipalités de la Côte-Nord à l’est de Baie-Comeau. Ce vaste territoire, qui regroupe les secteurs de Pointe-aux-Anglais, Rivière-Pentecôte, Gallix, Clarke City, Moisie et les communautés innues de Uashat et Maliotenam, propose aux visiteurs une gamme variée de services d’accueil, d’hébergement et d’activités à caractère culturel ou de plein air. Vous y trouvez de longues plages de sable fin bordant les eaux du golfe du Saint-Laurent et traversez des rivières à saumon renommées. Vous découvrez le parc de la rivière aux Rochers, les îles Patterson et McCormick, la réserve faunique de Port-Cartier–Sept-Îles, l’archipel des Sept Îles, La Grande Basque et la rivière Moisie… autant de petits paradis qui vous proposent camping, chasse et pêche, excursions en mer ou randonnée pédestre. D’ouest en est, vous rencontrez de nombreux musées et lieux d’interprétation retraçant avec passion l’histoire de la région.

Incluant: Port-Menier

L’île d’Anticosti est la plus grande île au Québec. Accessible par bateau ou par avion, elle étire ses 222 km de longueur en face de Havre-Saint-Pierre, dans le golfe du Saint-Laurent. L’île a été acquise et développée de 1895 à 1926 par le chocolatier et industriel français Henri Menier. Elle abrite plus de 160 000 cerfs de Virginie, quelque 160 espèces d’oiseaux ainsi que des plantes rares et parfois uniques. Sa géologie calcaire, riche en fossiles, a façonné des paysages spectaculaires. La pêche aux salmonidés, la chasse au cerf et la villégiature comptent parmi les activités majeures de l’île. Le parc national d’Anticosti propose de nombreuses activités alliant plein air et découverte de la région.

Incluant: Sheldrake, Magpie, Rivière-Saint-Jean

Autour du village-relais de Rivière-au-Tonnerre s’étendent en bord de mer les localités de Sheldrake, Magpie et Rivière-Saint-Jean. Cette municipalité considérée comme l’un des plus beaux villages de la Côte-Nord, est un lieu de détente et de ressourcement très apprécié dans la région. La pêche, l’observation d’oiseaux et de baleines depuis le rivage ou en mer, et lien maritime avec l’île d’Anticosti sont au cœur de l’offre touristique de ces villages côtiers typiques de la Minganie. Vous y trouvez divers types d’hébergements, des produits du terroir et surtout de magnifiques petites églises, qui valent le détour à elles seules.

Incluant: Longue-Pointe-de-Mingan, Mingan, Baie-Johan-Beetz

Depuis de nombreuses années, la Réserve de parc national de l’Archipel-de-Mingan, avec sa multitude d’îles et d’îlots répartis sur 175 km et ses impressionnants monolithes, fait la renommée de Havre-Saint-Pierre et de sa proche région. Dès Longue-Pointe-de-Mingan, divers bateliers ainsi que plusieurs centres d’accueil et d’interprétation vous informent sur les services de transport maritime et les activités offertes dans le secteur : excursions et camping dans les îles, randonnée pédestre, observation des oiseaux et des mammifères marins. Située au confluent de la rivière Mingan et du golfe du Saint-Laurent, la communauté innue de Mingan vous convie à découvrir une culture millénaire à travers son art, son artisanat et ses paysages. À l’extrémité est de ce secteur, au cœur de la taïga, vous accueille le petit village de Baie-Johan-Beetz, reconnu pour la pêche aux salmonidés et son exceptionnel territoire maritime. Avec ces grands espaces et paysages côtiers remarquables, le dépaysement est ici garanti.

Incluant: Aguanish et l'Île-Michon, Pointe-Parent, Kegaska

Natashquan est sans conteste l’un des villages les plus connus de la Côte-Nord et du Québec. En plus de proposer aux visiteurs l’expérience unique d’une culture régionale vivante et des plus originales, l’endroit offre une nature authentique et des paysages exceptionnels. Tout comme dans les municipalités voisines d’Aguanish et L'Île-Michon, de Kegaska, et dans la communauté innue de Natashquan, on trouve des plages de sable fin, des eaux accessibles à la baignade, des sentiers pédestres en pleine taïga et de magnifiques rivières sauvages. Depuis la fin de l’été 2013, un nouveau pont sur la grande rivière Natashquan prolonge la route 138 et relie le petit village de pêcheurs de Kegaska au reste du Québec.

Incluant: Kegaska, La Romaine, Chevery, Harrington Harbour, Tête-à-la-Baleine, Vieux-Fort, Rivière-Saint-Paul, Middle Bay, Brador, Lourdes-de-Blanc-Sablon, Blanc-Sablon

La Basse-Côte-Nord, de Kegaska à Blanc-Sablon, qui se déploie sur près de 375 km de littoral, possède un charme vivifiant au cœur de paysages fascinants. Ses villages sont souvent déposés à vif entre les rochers et la mer, dans un décor découpé par une myriade de baies, d'anses et de rivières. On y accède principalement par la mer, avec le N/M Bella Desgagnés de la compagnie Relais Nordik, par avion ou par un traversier à partir de l’île de Terre-Neuve. Les plus aventureux s’y rendent par la longue route isolée de l’arrière-pays nordique, passant de Baie-Comeau (par la route 389) au Labrador terre-neuvien (par les routes 500 et 510). Cette vaste région est habitée par des anglophones, descendants des familles originaires de Terre-Neuve venues s’établir sur la Côte-Nord à la fin du 20e siècle, des francophones et des Innus. Il s’agit d’un secteur spécialement reconnu pour son impressionnante concentration de sites archéologiques, particulièrement autour de Blanc-Sablon. Depuis 2013, la route 138 dépasse les limites de Natashquan et permet de découvrir le premier village de la Basse-Côte-Nord, soit Kegaska. De plus, à l’extrémité est de la Côte-Nord, un tronçon de 82 km de la route 138 relie les petites localités situées entre Vieux-Fort et Blanc-Sablon.